Dégustation des premiers échantillons de viande cultivée en Allemagne : le gouvernement belge flamand soutient l’initiative

Dégustation de viande cultivée proposée par Peace of Meat

Le 4 mars 2020, Peace of Meat, une start-up belge spécialisée dans la production de graisse animale produite à partir de cellules de graisse cultivées, a dévoilé son premier échantillon lors d’un événement, en coopération avec Hungry Ventures et Food Tech Campus à Berlin. Près d’une centaine de participants, parmi lesquels des ONGs, des journalistes, des représentants politiques, des start-ups, des investisseurs et des entreprises reconnues de l’agro-alimentaire, ont discuté ensemble du potentiel et des défis de la production de protéines végétales et animales, qu’elles soient cultivées ou produites de façon conventionnelle. Mathilde Alexandre, supportrice d’Agriculture Cellulaire France, était présente et nous en dit plus sur cet événement dans cet article.

La graisse animale : un ingrédient clé dans le goût et texture de la viande

Fondée en 2019, la start-up belge se concentre sur la production de graisse cultivée, afin d’améliorer le goût, la texture et la valeur nutritionnelle de produits cultivés, mais également de ceux d’origines végétales. Cette spécialisation réside dans le fait que la graisse joue un rôle clé dans le goût et la texture de la viande, lui donnant ses caractéristiques que nous apprécions tant.

Lors de l’événement, Dirk Von Heinrichshors, PDG et co-fondateur de Peace of Meat, a présenté la startup et son engagement à produire de la viande saine, savoureuse et durable afin de nourrir notre population croissante. Le chef cuisinier de la startup a ensuite cuisiné en direct des nuggets de poulet composés à 80 % de protéines végétales et à 20 % de pure graisse cultivée de canard.

« Ça a exactement le goût de poulet », a déclaré une participante tirée au sort pour goûter l’un des nuggets. Le goût et la texture seraient donc identiques aux nuggets de poulets issus de l’élevage.

Il a fallu deux semaines pour produire la graisse nécessaire à l’événement, partant d’œufs de canard pour arriver à de la graisse animale pure, explique Paul Mozdziak, directeur scientifique de l’entreprise. Des cellules graisseuses ont tout d’abord été extraites d’œufs de canard, puis placées dans un environnement riche en nutriments favorable à leur développement. Après cette première preuve de concept, la prochaine étape pour l’entreprise consiste à passer à une production à grande échelle. Certains défis restent cependant à être relevés : l’optimisation du milieu de culture pour le développement des cellules, la création d’installations avec des bioréacteurs (pensez aux cuves utilisées dans la production de bière), ou encore la réduction des coûts de production.

Le gouvernement de Belgique flamande soutient la startup

Le gouvernement de Belgique flamande a montré sa volonté de surmonter ces défis, en allouant 3,6 millions d’euros à la recherche sur l’agriculture cellulaire. Cette contribution du gouvernement finance le projet « foieture », qui vise à produire du foie gras cultivé. Ce projet réunit Peace of Meat et divers acteurs tels que le centre d’innovation de l’industrie alimentaire Flanders Food, l’université KU Leuven, les producteurs de viande conventionnelle Solina et Nauta et Bio Base Europe Pilot Plant.

Bien que l’agriculture cellulaire en soit encore à ses débuts, cette nouvelle preuve de concept est une étape importante en Europe, témoignant à la fois des progrès significatifs réalisés dans ce domaine, mais également de la volonté de différents acteurs – universitaires, gouvernements, ou encore entreprises agroalimentaires établies – de travailler ensemble pour produire des protéines animales saines, savoureuses et respectueuses de l’environnement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *